blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

fleur d ' iris

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

iris_design

iris_design

Blog dans la catégorie :
Poésie

 

Annonce vocale

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

fleur d ' iris

Iris versicolor

Le 19/02/2008

Iris versicolor
Iris versicolor 

Nom scientifique Iris versicolor Linné

Description
Le nom iris tire son origine de la mythologie grecque et symbolise l'arc-en-ciel. L'iris versicolore est une plante vivace à rhizome, de 60 à 90 cm de hauteur, à feuilles très longues, étroites, rigides et lancéolées. Sa fleur, très grande, est composée de deux verticilles de trois pièces florales. Le verticille extérieur est formé de trois sépales saillant latéralement, donnant à la fleur toute sa forme et sa beauté; le verticille intérieur est composé de trois pétales se dirigeant vers le haut. Les pétales et les sépales sont d'un bleu-violet rayé de jaune, de vert et de blanc.

Floraison
La floraison se produit vers la fin du printemps et se poursuit au début de la saison estivale.

Habitat
Son habitat est constitué des milieux humides et légèrement humides.

Répartition
L'iris versicolore occupe une très large partie du Québec.

 

IRIS CALICE DE L'AMOUR

Le 19/02/2008

Iris iris-marais LaIris postcard

Iris
Iris 

 Iris versicolor

Iris calice de l'amour
Je t'offrirai des iris

Empreints du délice
De la splendeur.
Je t'offrirai tous les iris

Nés sur les berges
De la rivière de cristal.

Tu en boiras les perles
De rosée versées
Tous les matins.
De leurs pétales de soie
Tu couvriras
 
Les plaies de ton coeur
Et dans leur senteur
Tu oublieras tes malheurs.
Fleur de roi
Tendre cœur
Iris
Fleur du bonheur.

 

L’arc en ciel

Le 19/02/2008

calif-iris calif-iris Iris

calif-iris
calif-iris 

Qu’il soit gris ou bleu

 

Que m’importe le temps,

 

Je suis du printemps

 

L’arc en ciel,

 

L’invité vêtu de mauve

 

Ou de blanc,

 

 Fidèle

 

Peu exigeant.

 

Pour cette rencontre annuelle

 

J’offre aux regards distraits

 

Une tache de couleur modeste

 

Banale

 

Bien moins  originale

 

Que celle de mes voisins greffés,

 

Bichonnés

 

Tachetés de rose ou d’orangé

 

Je suis libre

 

Dans l’espace des champs.

 

Langues tirées aux indifférents

 

Ou dagues acérées

 

Mes larges pétales

 

Réservent mon cœur duveteux

 

Qui vibre

 

D’une teinte soleil

 

Aux attentifs que tout émerveille !

 

Je suis l’iris

 

Et de leurs yeux,

 

Sous l’habit peu fier,

 

Jaillit

 

La lumière.

 

Désormais c’est pour eux

 

Que je transmets la tendresse

 

                                                D’Iris la Déesse

 

Poème d’amour

Le 20/02/2008

Je suis perdu, vois-tu, je suis noyé, inondé d'amour ;
je ne sais plus si je vis, si je mange, si je respire, si je parle ;
je sais que je t'aime.

 

 

J'étais à toi peut-être avant de t'avoir vu.
Ma vie, en se formant, fut promise à la tienne;
Ton nom m'en avertit par un trouble imprévu
Ton âme s'y cachait pour éveiller la mienne.

 

 

Cet amour tout entier
si vivant encore
et tout ensoleillé
c'est le tien
c'est le mien.

 

 

Toi, qui m'attires.
Toi, qui par un sourire,
M'as plu dès la première fois,
Et m'as fait espérer, qu'il y aurait d'autres fois.

J'aimerais te dire que tu me plais.
Te faire savoir que je suis moi,
Dès que je suis près de toi.
Et que j'aimerais que tu restes là.

À quoi ça sert de me battre,
Ceci est un vrai tour d'acrobate.
Je suis sur une corde raide,
Et, je voudrais que tu m'aides.

Mon cœur est en balance.
Ton regard est comme une lance.
Tu l'as projeté jusqu'au dedans,
Dans mon corps, tu as atteint mon cœur.

Toi, qui m'émerveilles.
Qui m'éleves jusqu'au ciel.
Comme un oiseau,
Je me poserai dans tes lieux.

 

TU ES L’ELLU DE MON CŒUR

Le 20/03/2008

 

Et je ne tes jamais choisi

Tu as volé mon amour

Et je ne l’es jamais décider

Je voudrais tellement t’oublier

Mais serte je ne le peux

J’aimerais de mon cœur t’arracher

Mais tes racines sont profondes

Tu m’empoisonnes la vie

Avec ton amour infini

J’avais imaginé en toi

Un amour de bonheur

Sans pleur et sans douleurs

Mais si tu ma vraiment aimer

Tu aurai du me protéger

Et essuyer mes larmes qui couler

Sur ma joue et la brûler

Mais malgré tous

Je t’aime d’un amour

Un amour perdu

Au moment de la trahison

Exactement à ce même instant

Il y a que le chagrin et la douleur

Qui griffent sans merci mon cœur

Sans laisser un seul

Même pas un seul

Sentiment pour dire que c’est lui le seul

J’oublie toute la joie et la liberté

Qua avec lui seul j’ai partagé

Je meure même de regrets et de culpabilité

Pour l’avoir rencontrer et aimer

J’ai le cœur gelé comme de la glace

Mais hanté par lui sans laisser aucune place

Je meurs d’envie de pleurer et de tous dégager

Mais avec peine je bâtis un mur pour résister

Mais par fois ce mur il faut le démolir

Et dire au monde entier pleurer c’est souffrir

Et aimer n’est jamais une infraction

Par contre la trahison est un crime à condamnation

De prison a vie entre les barrots de la rancune.

La solitude empire la douleur

Et on ne peut la partagé qu’avec son cœur

On lui racontant les souvenirs amèrement

Pour s’en débarrasser des rappels vécus si difficilement

Le chagrin nous torture l’esprit dés qu’on regarde au passé

Car la bonté du traître se métamorphose en une lâcheté

Car j’avais si confiance en lui

Car il ma regarder dans les yeux et m’a dit qu’il m’aimer

Car je n’avais jamais crue cela de lui

Lui avec qui j’ais tans partagé

Il a osé me faire subir toute cette peine et cette souffrance

Mais moi je le laisse à ça conscience

Pour lui infliger le pire des châtiments

Et pouvoir tourner la page comme on dit (proprement).

Et espérer un avenir radieux et lumineux

 

Si seulement j’avait une épaule sur la qu’elle je pleurerais.

Si seulement il y avait une personne sur la qu’elle je peut conter.

Mais rien, ni la consolation d’un ami ni le sentiment d’être aimé.

Je sens la trahison tout autour de moi.

Je suis en colère comme le peuple trahie par son roi.

J’aimerais dans ce monde vivre toute seule.

 

Djerroud Toukfa (la fille de ma sœur)